Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Chronique Vésigondine

  • : Le Vésinet
  • : Le Vésinet : chronique vésigondine par Phénix
  • Contact






Rechercher

Hold up Fiscal

La Pravda

23 avril 2006 7 23 /04 /avril /2006 18:07

Belle réaction. Notre interpellation sur l’état de la voirie a été suivie d’effet. Le somptueux nid de poules situé Boulevard  des Etats-Unis à l’angle de la rue Gabriel Fauré est comblé.

 

 Conclusion : la mairie s’informe sur ce blog. C’est bien pour la sécurité des vésigondins.

 

 N’hésitez pas à nous faire part de vos récriminations. Si elles sont d’intérêt publique, elles seront publiées. Ne révez quand même pas trop car si pour le nid de poules on a eu satisfaction, pour les piste cyclables on attend toujours la nomination d’un monsieur Vélo auprès de Mr Foy.

 

mail to  : le_vesinet@hotmail.fr

Repost 0
Published by Phénix - dans Le Vésinet
commenter cet article
21 avril 2006 5 21 /04 /avril /2006 17:37

On connaissait le népotisme, la gérontocratie, la ploutocratie, la voyoucratie. Voila qu’apparaît la médiocratie. Le terme s’auto définit. Il n’exclut pas les précédents : il les complémente.

Quand on est médiocrement élu, quand on fait fi de l’intérêt général, de l’opinion de la majorité de ses administrés, des décisions de justice, quand on plastronne, pérore et vitupère ses opposants en flétrissant publiquement ceux qui propagent des opinions contraires*, on suscite chez ses administrés un profond sentiment de rejet.

 
On peut s’interroger sur la difficulté pour une ville qui héberge autant de brillants représentants de la société civile de faire émerger une équipe municipale digne de son renom.

 
Sans doute ces sujets trop occupés par leurs activités professionnelles n’ont guère le temps de se consacrer aux affaires municipales. Administrée par ceux qui ne plaignent pas leur temps et mais dont on mesure aujourd’hui chichement le talent, la commune du Vésinet donne le piteux exemple d’une organisation gérée sans leadership ni vision .

 
Cela porte un nom : la médiocratie.

 

*"Il faut que, sur tous les sujets, tous les avis puissent être proposés et discutés en toute liberté, sans exciter les colères et sans soulever les rumeurs".

 

Alain     Dépêche de Rouen et de Normandie  10 juillet 1904

Repost 0
Published by Phénix - dans Le Vésinet
commenter cet article
8 avril 2006 6 08 /04 /avril /2006 17:50

Enterrer la patinoire ou combler les nids de poule ? C’est semble-t-il le dilemme cornélien au quel notre municipalité se trouve confrontée.


On peut se réjouir de son incapacité à mener à bien la première opération, mais on déplore son laisser aller pour la seconde.


Si la majorité des vésigondins et le tribunal lui mettent des bâtons dans les roues pour ce qui est du patin – il faut bien trouver des excuses -  c’est à la seule impéritie municipale que l’on doit la décrépitude de la voirie.


En exemple la photo d’un nid de poule profond de 10 cm au cœur de l’une des artères les plus fréquentées de la commune.


On sait le peu d’intérêt que Monsieur 3003 voix porte aux pistes cyclables, on constate qu’il ne préoccupe pas plus des usagers de la route.


Vous pouvez nous faire parvenir des clichés des nids de poule de votre voisinage, nous les transmettrons au responsable de la voierie dans l’administration vésigondine.

 

 

 

Mail to : le_vesinet@hotmail.fr

 

 

 

 

Repost 0
Published by Phénix - dans Le Vésinet
commenter cet article
2 avril 2006 7 02 /04 /avril /2006 09:38

Ce n’est certes pas un sport noble. C’est une pratique populaire, même que ses amateurs ont voulu la sortir du monde des prolétaires en la qualifiant de petite reine. Alors si le vélo se pratique à Croissy, à Montesson, à Chatou et partout dans la Boucle sur des pistes réservées à son usage, quand il arrive au Vésinet le cycliste est ignoré, condamné à naviguer au milieu des voitures ou pire encore sur des chemins, entre chiens et gamins.


Combien de temps faudra-t-il  à l’édile qui a mis 7 ans à comprendre et à adapter les ronds-points de la commune aux règles de circulation, pour prolonger les pistes cyclables qui de Montesson, de Croissy ou de Chatou convergent sur notre ville ? Les paris sont ouverts.


Peut on être le chantre du patin et s’intéresser à la pédale ? c’est certainement un challenge pour monsieur 3003 voix qui jusqu’à présent a refusé tous les aménagements qui lui ont été proposés.

Repost 0
Published by Candide - dans Le Vésinet
commenter cet article
28 mars 2006 2 28 /03 /mars /2006 17:03
Ce site a été détruit le 22 mars par des hackers*.  La technique de sauvegarde de l'hébergeur rend impossible sa remise en ligne en l'état au jour de sa disparition.

Il est en cours de reconstitution. Seuls les commentaires auront disparu. Dommage, certains pré annonçaient la disparition du site !

Une plainte est déposée auprès de la BEFTI, brigade spécialisée de la PJ. Peine encourrue : 5 ans.

Il y a certaines chaumières où l'on ne doit pas dormir tranquile. Inutile de nettoyer les disques durs,  les "pirates" sont déjà connus**.


Candide

* personne qui commet un délit d'intrusion sur un système automatique de traitement de données.
** les adresses IP des hackers ont été enregistrées.
Repost 0
Published by Candide - dans Contentieux blog
commenter cet article
20 février 2006 1 20 /02 /février /2006 00:00

Lundi 20 Février 2006

Persiste et signe

Les statistiques sont édifiantes. Moins de 10% des affaires jugées bénéficient d’une inversion de la décision d’instance par une cour d’appel. Or trois autres requêtes formulées par des membres de l’opposition municipale viennent devant le tribunal dans les semaines à venir. Qui peut douter qu’il ne suivra encore les conclusions de Mme Léglise, commissaire du gouvernement ? Cela fera quatre raisons pour invoquer la nullité des procédures d’attribution des marchés de construction du centre multi activités.


La probabilité que l’issue finale des ces joutes judiciaires soit favorable à la Mairie n’est certes pas nulle. Mais personne n’y parierait un fifrelin.


Personne sauf monsieur 3003 voix qui s’obstine sur son projet pharaonique, chantier pour lequel plus aucune subvention ne sera récupérée jusqu’à ce que le dernier recours n’ait été jugé. Des sommes importantes sont ainsi engagées, dépensées avec moins de 10% de chance qu’elles aient une quelconque utilité.


Ce n’est certes pas du détournement de fonds public, seulement du gaspillage des ressources municipales. Dans une municipalité bien gérée le Maire aurait renoncé à continuer un projet aussi mal ficelé, à tout le moins il l’aurait gelé faute d’obtenir de son conseil  en séance publique une motion l’autorisant expressément à engager des dépenses à haut niveau de risque.


Rien de tout cela au Vésinet, Monsieur 3003 voix persiste et signe. Sans débat public, sans soumettre cette décision à un vote de son conseil, il claque l’argent du contribuable comme un père de famille se compromettant avec une danseuse, une patineuse bien entendu !


Plus de 3000 vésigondins ont exigé par pétition l’arrêt des travaux, le tribunal a reconnu l’illégalité des marchés passés : quelle instance devra être saisie pour protéger les finances de notre ville des ambitions mégalomaniaques de son premier magistrat ?


Dans une période de déficit public vertigineux, où l’on attend des édiles un minimum de sens civique, l’exemple est donné qui ramène à l’époque de la déferlante rose, lorsque les élus socialistes découvraient comme des gamins le plaisir de faire joujou avec les fonds publics. Ils avaient l’excuse de l’immaturité. Un quart de siècle plus tard un tel comportement relève de la provocation et du mépris.

Repost 0
31 janvier 2006 2 31 /01 /janvier /2006 00:00

Ce n’est pas au Vésinet que le maire stigmatiserait les auteurs d’un blog qui jugeraient sa politique dispendieuse et les ferait comparaître devant les tribunaux.

Aussi toute ressemblance avec un personnage connu des vésigondins pour avoir été élu avec 3003 voix seulement sur 11.000 inscrits, pour avoir été condamné pour non respect du code des marchés publics, pour publiquement réclamer la fermeture du blog de ses opposants serait fortuite ou mal intentionnée…

Il s’agit bien entendu de la commune voisine de Puteaux…ouf, on l’a échappé belle !

 

Repost 0
Published by Candide - dans Le Vésinet
commenter cet article
23 janvier 2006 1 23 /01 /janvier /2006 00:00
Lundi 23 Janvier 2006
Texte du jugement

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE VERSAILLES


N° 0401569


RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

Société SAREA- ALAIN SARFATI ARCHITECTURE
Mme Orio Rapporteur
Mme Léglise
Commissaire du Gouvernement
AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

Le Tribunal administratif de Versailles (4 me Chambre)
Vu, enregistrée au greffe le 22 mars 2004, sous le n° 0401569, la requête présentée pour la société SAREA - ALAIN SARFATI ARCHITECTURE, dont le siège social est 43, rue Maurice Ripoche à Paris (75014). par Me Dechelette, avocat ; la société SAREA - ALAIN SARFATI ARCHITECTUÏŒ demande au Tribunal :

1/ d'annuler l'arrêté en date du 24 décembre 2003 par lequel le maire du Vésinet a procédé au classement des projets des candidats à l'attribution du marché de maîtrise d'oeuvre pour la construction d'un complexe multi-activités place du marché au Vésinet et déclarant lauréat du concours le groupement Olivier Chaslin architecte - GEC Ingénierie - Lamourcux ;

2/ d'annuler la délibération du 21 janvier 2004 par laquelle le conseil municipal de la commune du Vésinet a approuvé le contrat de maîtrise d'œuvre à conclure avec le cabinet Chaslin et autorisé le maire à signer ledit contrat ;

3/ d'annuler la décision du 9 février 2004 par laquelle le maire de la commune du Vésinet a conclu un contrat de maîtrise d*oeuvre avec la cabinet Chaslin ;

4/ de condamner !a commune du Vésinet à lui payer la somme de 7.500 euros en application de l'article L.761-1 du code de justice administrative ;

Elle soutient que les décisions contestées ont été prises à l'issue d'une procédure irrégulière, le projet retenu ayant été substantiellement modifié par des changements très importants à l'aspect visuel de la dalle située au dessus de la patinoire et par des changements techniques imposant la suppression des murs correspondant aux mégapoutres de la toiture de la patinoire, et ce, postérieurement à la désignation du lauréat ; qu'en ne permettant qu'au seul candidat auteur du projet n°l de modifier son projet pour parvenir au respect des exigences du concours, la ville du Vésinet s'est rendue coupable d'un traitement inégalitaire des candidats, affectant la légalité de l'ensemble des actes décisoires résultant de la procédure de passation du marché de maîtrise d'oeuvre ; que le projet du lauréat dépasse de plus de 33 % le budget du maître de l'ouvrage alors que le respect de l'enveloppe financière est un critère important aux termes du règlement du concours ; qu'en retenant ce projet, la personne responsable du marché a ainsi violé ce règlement et a porté atteinte au principe d'égalité de traitement des candidats ; qu'en motivant ce choix par « une bonne qualité architecturale et paysagère susceptible d'adaptation », le maire du Vésinet a commis, en outre, une erreur manifeste d'appréciation qui entache d'illégalité les trois décisions contestées ;
Vu le mémoire complémentaire, enregistré le 16 avril 2004, pour la Société SAREA - ALAIN SARPATI ARCHITECTURE versant au dossier des pièces nouvelles ;
Vu le mémoire en défense, enregistré le 24 janvier 2005, présenté par Me Huet, avocat, pour la commune du Vésinet qui conclut au rejet de la requête et à la condamnation de la société SAREA - ALAIN SARFATI ARCHITECTURE à lui verser la somme de 1.000euros au titre de l'article L.761-1 du Code de justice administrative; elle soutient qu'aucune atteinte au principe d'égalité ne peut être démontrée ; qu'en effet, les négociations engagées n'ont pas abouti à des modifications substantielles du projet lauréat mais à des adaptations portant sur le remplacement des poutres en superstructure en poutres en infrastructure, sur l'optimisation du gros œuvre, l'optimisation des circulations de véhicules, la récupération des groupes frigorifiques ef. une option sur le mobilier urbain ; qu'il n'est pas démontré que les matériaux occupant la partie sud-ouest de la place auraient été modifiés ; que les modifications n'entraînent aucune contrainte technique provoquant un bouleversement de l'économie du projet ; que le projet du groupement Chaslin est arrivé largement en tête du classement ; que les trois autres projets comportaient d'importants inconvénients et auraient nécessité de réels bouleversements ; que le procès-verbal de la réunion du jury démontre la supériorité manifeste de l'offre présentée par le groupement lauréat ; que fa ville aurait commis une faute susceptible d'engager sa responsabilité en invitant à participer à la négociation un ou plusieurs des trois autres candidats alors qu'elle était dès le départ décidée à ne pas retenir leurs projets ; que le coût prévisionnel des travaux avait été sous-estimé et que l'ensemble des candidats ne respectait pas l'enveloppe financière ; qu'un marché public peut être régulièrement remporté par un candidat qui ne respecte pas le prix plafond si tous les autres candidats ne le respectent pas non plus ; que le critère du coût qui figurait en troisième position n'était pas prioritaire ; qu'il n'y a pas d'erreur manifeste d'appréciation ; qu'en effet, le choix a été effectué en considération des mérites comparés des quatre projets au regard des critères de jugement ; que la lecture du procès-verbal permet de vérifier que les adaptations du projet du titulaire du marché ne sont nullement en contradiction avec les raisons pour lesquelles le projet a été déclaré lauréat ;
Vu le mémoire en réplique, enregistré le 12 décembre 2005, pour la Société SAREA - ALAIN SARFATI ARCHITECTURE qui conclut aux mêmes fins par les mêmes moyens ;
Vu, enregistré le 12 décembre 2005, le mémoire présenté pour la commune du Vésinet qui conclut aux mêmes fins par les mêmes moyens ; elle soutient en outre que les modifications apportées QU projet n'étaient pas substantielles ; que le classement des offres n'aurait pas été modifié si l'adaptation des autres projets avait également été examinée ; que la substitution d'un matériau n'est pas une modification substantielle des conditions d'exécution du marché ;
Vu les décisions attaquées ;
Vu les autres pièces produites et jointes au dossier ;
Vu le code des marchés publics ;
Vu le code de justice administrative ,
Vu les avis d'audience notifiés conformément à l'article R. 711-2 du code de justice administrative ;
Après avoir entendu à l'audience publique du 16 décembre 2005 :
le rapport de Mme Orio, conseiller ;
 les observations de Me Lucien-Baugas substituant Me Dechelette, pour la société
SAREA - ALAIN SARFATI et de Me Blandin substituant Me Huet pour la commune du
Vésinet ;
les conclusions de Mme Léglise, commissaire du gouvernement ;<!--[endif]-->
 et pris connaissance de la note en délibéré enregistrée le 19 décembre 2005,
Repost 0